Culture

La croix celtique

Symbole essentiel du christianisme, la croix est, en pays celte, inscrite dans un cercle. On peut l’assimiler au « cercle druidique » (où se tiennent les rites), mais également au symbolisme de la roue, très présent dans la tradition celte. La roue illustre notamment la notion de temps (pour les Bretons, le temps tourne mais ne passe pas).

200px-Perelachaise-croixCeltique-p1000394

Langues régionales

Il y a le breton à l’ouest, le gallo à l’est. Aux origines de la Bretagne, on trouve des colonies d’émigrants bretons, venus de l’actuelle Grande-Bretagne au Ve siècle. Comme le gallois et le cornique, le breton est issu du brittonique, lui-même rameau historique du celtique, et du gaulois en place. C’est du Ve au IXe siècle, époque du vieux breton, que datent la majeure partie de la toponymie et les patronymes d’aujourd’hui.

En même temps, on pouvait aussi s’exprimer en gallo (de la racine gall – « étranger » – et, par extension, « français » en breton) qui, comme le francien, le picard ou le normand, est une langue romane dérivant du latin populaire, un riche rameau de l’ancien parler d’oïl qui a supplanté de gaulois.
Depuis la IIIe République, qui imposa le français, le breton et le gallo reculent simultanément en effectifs et en aires d’influence.

Il existe maintenant un breton standard utilisé dans l’enseignement, de la maternelle à l’université, sur l’ensemble de la Bretagne. Le nombre d’enfants scolarisés bénéficiant d’un enseignement bilingue (breton-français), toutes filières confondues (Diwan, public, catholique) ne cesse d’augmenter. Et les écoles Diwan sont désormais intégrées à l’éducation nationale. Malgré tout, il existe des journaux et des chansons de rock en breton.
Par ailleurs, déjà plus de 580 acteurs socio-économiques de 56 collectivités locales se sont engagés à développer la langue bretonne au quotidien et la signalisation routière bilingue a été accueillie favorablement (les villes de Lorient et Quimper en Bretagne Sud sont d’ailleurs les pionnières dans le domaine).

La langue bretonne a des sonorités rocailleuses, mélange d’anglais chuinté et d’allemand guttural. Il est assez difficile d’assimiler une grammaire et un vocabulaire aussi singuliers.

Pardons

Aucune terre d’Europe ne possède une telle architecture religieuse. On édifia des églises dont les clochers étaient de vrais morceaux de bravoure, on sculpta des calvaires et des croix comme autant de prières. Entre religion et croyances populaires, les pardons sont nés naturellement.
Leur but : rendre hommage annuellement et collectivement au saint local, véritable intercesseur entre les hommes et le Ciel. Chaque paroisse a le sanctuaire de son éponyme, parfois plusieurs, disséminés dans la campagne, au hasard des chapelles. Aussi les pardons sont-ils nombreux et variés. Certains ont gardé un ton franchement religieux, d’autres beaucoup moins.

Les pardons ont tous connu un regain d’affluence au cours de ces dernières années.

En savoir plus : http://www.routard.com/guide/bretagne/858/culture_et_traditions.htm#ixzz3prJVeu8W

441458_max

Certaines associations luttent pour le maintien du patrimoine religieux :

jean-paul-ii-ploermel

L’association de défense de la statue de Saint Jean-Paul 2 à PLOËRMEL en fait partie.

Vous pouvez vous procurer une reproduction de cette statue en téléchargeant le bon de commande .

bon de commandeCapture d’écran 2015-11-03 à 16.16.08

 

 

réalisé par http://le-bon-message.com/